Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Albin Michel, L’Evolution de l’Humanité, 2013.

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

liliane

Professeur à l’université Paris VII, directrice d’études à l’EHESS, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers et spécialiste de l’histoire de l’invention et des savoirs techniques au XVIIIe siècle, Liliane Hilaire-Pérez est notamment l’auteur de L’Invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 2000).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *