Archives de catégorie : Actualités / News

Le papier peint Art nouveau par Jérémie Cerman

Jérémie Cerman, Le Papier peint Art nouveau, création, production, diffusion, Mare & Martin, 2012, 304 p.

Depuis son renouvellement en Angleterre, grâce à William Morris et aux créateurs du mouvement Arts and Crafts, jusqu’à l’émergence de l’Art nouveau en Europe continentale, le papier peint fut le lieu de toutes les attentions sur les scènes artistiques européennes. Dans le même temps, les fabricants et les dessinateurs spécialisés qu’ils sollicitaient adoptèrent progressivement une esthétique inspirée par l’Art nouveau, jusqu’à ce que ces motifs constituent une part majoritaire des collections commercialisées à partir de 1900. Grâce à une investigation menée au sein des milliers de modèles engendrés par l’industrie du papier peint, Jérémie Cerman aborde dans cet ouvrage de nombreux aspects du phénomène : l’activité des manufactures, les pratiques des ateliers de dessin industriel, le contexte de mise en vente de ces produits… Il montre notamment comment ces articles bon marché détenaient le potentiel d’une diffusion massive du goût moderne dans les intérieurs de la Belle Époque : grâce à eux, cette esthétique vint agrémenter le quotidien de toutes catégories de la population. D’un style bien marqué par la modernité ou d’un goût parfois plus consensuel, les papiers peints répondirent dans une certaine mesure aux idéaux sociaux de l’Art nouveau.

Sur l’auteur :

Diplômé de l’École du Louvre en 2000, Jérémie Cerman a poursuivi ses études d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sous la direction d’Éric Darragon, il y a soutenu en 2009 une thèse de doctorat, lauréate en 2010 du Prix Richelieu de la Chancellerie des Universités de Paris. Il s’attache à démontrer que l’industrie a permis la propagation d’une esthétique inspirée par l’Art nouveau dans les intérieurs de toutes classes sociales. En 2006, il a également co-organisé le colloque Visible et Lisible. Confrontations et articulations du texte et de l’image, dont les actes ont été publiés en 2007 aux éditions Nouveau Monde.

Jérémie Cerman a enseigné l’histoire de l’art à Paris 1, en tant qu’allocataire-moniteur (2003-2006) et attaché temporaire d’enseignement et de recherche (2006-2007 ; 2009-2010), puis à l’Université de Picardie Jules Verne, en tant que chargé de cours (2010-2011). En 2010, il a aussi participé au programme ANR Corpus électronique de la correspondance d’Eugène Delacroix (Centre André Chastel, Université Paris-Sorbonne). Pensionnaire à l’INHA depuis novembre 2011, il travaille avec Julie Ramos au développement de l’axe de recherche consacré aux arts du décor, aux arts décoratifs et au design, dans le cadre du programme L’art par-delà les beaux-arts. Ses recherches personnelles portent sur la circulation et les usages des modèles d’ornements, du milieu du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Depuis septembre 2012, il est maître de conférences en histoire de l’art contemporaine à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Colloque international. Le commerce du luxe-le luxe du commerce. 21 – 23 novembre 2012, Lyon

Colloque international

Le commerce du luxe-le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours

21 – 23 novembre 2012, Lyon

Le colloque international pluridisciplinaire « Le commerce du luxe – Le luxe du commerce », organisé par le LARHRA (UMR 5190 Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), se tiendra au petit théâtre des musées Gadagne, 1 place du petit Collège, à Lyon, les mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2012.

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Il entend être une manifestation largement ouverte d’un point de vue chronologique, spatial et disciplinaire, faisant appel à des spécialistes d’horizons différents, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés.

Cette approche interdisciplinaire du marché du luxe sur la longue durée, de la fin du Moyen Âge à nos jours, permettra de confronter les expériences et de mettre en relief les permanences et les mutations. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Le colloque développera trois approches spécifiques (voir le programme détaillé à la page « Programme ») : la circulation spatiale du luxe (marchands et marchandises), l’économie du luxe (concevoir, produire, vendre), les circulations sociales du luxe (luxe et demi-luxe).

Le colloque souhaite renouer le fil avec une tradition ancienne de l’histoire économique et sociale, illustrée par les travaux fondateurs de Pierre Léon, Pierre Cayez ou plus tard Maurice Garden et Yves Lequin, qui a contribué à faire la renommée de l’Université de Lyon dans le domaine historique. C’est pourquoi nous avons décidé de faire toute leur place aux enjeux du temps présent en prenant à bras le corps des questions qui sont essentielles à l’intelligence de notre monde, et qui se posaient déjà à l’époque moderne : la mondialisation, les formes du marché et du travail, la culture de consommation, le rôle moteur de l’économie urbaine.

Alain BONNET, Université Grenoble 2

Natacha COQUERY, Université Lyon 2

Programme en ligne :

http://luxe2012.sciencesconf.org/conference/luxe2012/pages/LVMH_Colloque_Luxe_programme_v7_HD_2.pdf

Habiter l’usine (1770-2000) Journées d’étude – 8 et 9 novembre 2012 Jujurieux (Ain)

Habiter l’usine (1770-2000)

Journées d’étude – 8 et 9 novembre 2012 Jujurieux (Ain), Centre centre culturel Claude-Joseph Bonnet, Soieries Bonnet

Le projet de ces journées d’étude est né autour de l’usine-pensionnat de Jujurieux (Ain) et des recherches conduites autour de cette maison de soieries lyonnaises, de ses dirigeants et de ses ouvriers.
Il s’agit donc de revenir sur le logement ouvrier au fil du grand mouvement d’industrialisation rurale qui court des années 1770 à la fin du 20ème siècle, et donc
essentiellement à la campagne, tant en France qu’en Europe, voire au-delà. Si les aspects architecturaux en sont relativement bien connus – « casernes », courées, cités ouvrières, etc… –, usines-pensionnats et bâtiments annexes des proto-fabriques ont été assez
peu étudiés, exception faite de quelques monographies. A-t-on épuisé la typologie des
logements ouvriers ? La pluri-activité refoule-t-elle le logement ouvrier dans les formes
habituelles de l’habitat rural, ou celles-ci subissent-elles des adaptations ? Le logement
ouvrier donne à voir, et donc à observer, des politiques et des pratiques paternalistes, des
modalités de recrutement, des formes d’organisation de la vie familiale et, bien sûr, toute une sociabilité ouvrière, etc …
Ces journées d’étude permettront aussi de revenir sur trois problématiques plus
spécifiques :
– Dans les stratégies de recrutement de la main-d’œuvre, quelle est la place faite au logement ouvrier ? L’usine-pensionnat et l’usine-couvent sont-elles propres à la ruralisation que connaît la nébuleuse du travail de la soie à partir des années 1830, ou sont-elles adoptées dans d’autres secteurs que l’activité textile et dans d’autres régions ? Constituent-elles le fleuron du paternalisme ou coexistent-elles avec d’autres modalités de logement de la main-d’œuvre, et selon quelle périodisation ?

Programme_journes_dtudes

http://octant.u-bourgogne.fr/vetementettextile/index.php?option=com_content&view=article&id=279:habiter-lusine-1770-2000&catid=28:appels-a-contribution&Itemid=54