Archives de catégorie : Bases de données/Collections numériques

On Cities on Clothes: Moschino ‘Cruise me Baby’ collections (europeana fashion)

Cities hold a pivotal role in the fashion system. Not only because of their position as catalysts in the production, promotion and distribution of fashion; also, in their being the places where fashion, as a social phenomenon, blossoms, being shaped by the identity of the city itself and by that of its Inhabitants.

The specificities of each city allow to consider its active role in the creative process, and most of the times the stereotype becomes the basis on which to work in order to reinvent itself without forgetting the roots. The central importance of the city, as a set of special features and history, is clear in the words of the storyteller as well as in the mind of the image-maker, who builds an aesthetic on the glimpses and perspectives that can be encountered while wandering around.

Moschino

Sometimes, cities are de-materialised – and then re-materialised again – during the creative process, and end to become messages inscribed on the clothes. Many are the designers who used cities on their clothes, rethinking them as embroideries, prints, patterns; the cities used to ‘inspire’ the designs are never chosen without a real reason: most of the times, it is for the kind of atmosphere they evoke, and for the bond the designer has with that particular place. This is what happened with Moschino and the ‘Cruise me Baby’ collections of the first half of the 1990s.

Moschino launched its ‘Cruise me Baby’ line at the beginning of the 1990s. Between 1991 and 1994, the collections were dedicated to some of the most important Italian cities; Naples, Venice, Florence, Pisa and Rome became flat patterns, or were sublimated in symbols to ornate jackets, waistcoats, shirts and dresses; Florence, for instance, was both represented as a landscape, displaying the sublime architecture of the city and its amazing panorama, and as sign, the lily, historical symbol of the city, multiplied as a quasi-geometric pattern, next to black and white squares and dreamy clouds.

The style of the collections was true to the identity of the brand: a familiar cheekiness, refined in its being overtly tacky. The designs were also a love letter to Italy, celebrating the many faces of a Country that made of its regional diversities its strength, playing on the differences to build a varied international recognisability.

The clothes Moschino designed can be considered like postcards: they can be seen as patriotic banners to be preserved and showcased, or they can be a more intimate object, whose material qualities can hold memories and recall sensations. In both ways, the city itself becomes the message, and the use of the object comes after the meaning the wearer gives to the city he or she has decided to wear.

http://www.europeanafashion.eu/blog/on-cities-on-clothes-moschino-cruise-me-baby-collections

Base de données, europeana fashion

Où trouver les objets qui nous intéressent ?

La base de données  europeanan fashion est une mine d’or.

Vous y trouverez des chaussures, des chapeaux, des montres… quelques dossiers thématiques – divas, ethnique… , une recherche par mots clefs est également possible (on regrette que la chronologie n’y figure pas).

imageproxy.aspxSurtout (roulement de tambours), de nombreuses photos sont libres de droits (pas d’utilisation commerciale mais avec le rappel de la source nous pouvons les utiliser, voire les modifier).

Le lien est ici : http://www.europeanafashion.eu/portal/home.html

Source : ModeMuseum Provincie Antwerpen, T8784, Postkaart uit de collectie Wiebe Stodel, Vietnam

 

LANCEMENT DU GROUPE RES-HIST (Réseaux & Histoire),

LANCEMENT DU GROUPE RES-HIST

(Réseaux & Histoire)

 

Le lexique du « réseau » est de plus en plus utilisé dans les recherches historiques, de l’Antiquité au temps présent, de manières très diverses. Cette diversité est une richesse, mais s’accompagne souvent d’une méconnaissance mutuelle et d’une absence de définition rigoureuse des concepts mobilisés. Cela contraste avec la situation dans d’autres disciplines, comme la sociologie, où notions et méthodes — diversement appropriées — sont débattues dans des espaces communs. Et ces derniers sont parfois ouverts à d’autres sciences sociales. Ainsi, lors de l’Ecole thématique du CNRS « Etudier les réseaux sociaux » organisée à Porquerolles les 10-14 septembre 2012, nous avons constaté, indépendamment de la richesse des échanges, la faible présence des historiens parmi les participants, particulièrement sensible parmi les doctorants et les jeunes chercheurs.
Pour favoriser le dialogue entre les historiens travaillant sur les réseaux et promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés à notre discipline, il nous a paru souhaitable de jeter les bases d’un groupe collaboratif ouvert à tout l’éventail des recherches historiques, RES-HIST. Il est destiné autant à faire le point sur les recherches en cours qu’à lancer des opérations scientifiques collectives et transpériodes, tout en assurant aussi des séances de formation aux outils mobilisables pour les analyses de réseaux.
Avec le soutien initial de l’Institut universitaire de France, RES-HIST se propose d’organiser un premier cycle de trois rencontres échelonnées sur deux ans, destinées à l’ensemble de la communauté historienne intéressée. Chacune articulera un atelier thématique avec des conférenciers invités, incités à discuter mutuellement leurs travaux, des formations méthodologiques qui pourront être construites en fonction des besoins qui seront exprimés par les participants, et des présentations des recherches en cours de doctorants et jeunes chercheurs.

La première rencontre RES-HIST, organisée à Nice du 26 au 28 septembre 2013, au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, en partenariat avec l’Institut Universitaire de France et la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est proposera un large panorama à la fois transpériode et thématique des recherches actuelles sur les réseaux et lancera la réflexion sur la structuration de la communauté historienne à entreprendre. Interviendront comme conférenciers invités : Andoni Artola (Université du Pays Basque), Stéphane Frioux (Université de Lyon II), Pierre Gervais (Université de Paris VIII), Elisa Grandi (Université de Paris Diderot), Florent Hautefeuille (Université de Toulouse II), Jérôme Lamy (Université de Toulouse II), Isabelle Rosé (Université de Rennes II), Nicolas Verdier (CNRS, Géographie-cités, Paris).
L’appel à communications pour les doctorants et jeunes chercheurs et l’annonce des ateliers organisés seront envoyés prochainement.

Une deuxième rencontre, organisée à Toulouse dans le cadre du Labex « Structuration des Mondes Sociaux » (SMS) et en appui avec l’UMR FRAMESPA, au printemps 2014, permettra aux historiens français de rencontrer et de dialoguer avec les historiens étrangers travaillant sur les réseaux. La troisième, prévue à Paris fin 2014, avec l’appui du Pôle d’activités interdisciplinaire « Réseaux » en constitution à Sciences Po et le laboratoire SEDET, à l’Université de Paris Diderot, sera centrée sur la problématique du traitement de données à caractère historique par d’autres disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, science politique, etc.).

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France), Michel Bertrand (Université de Toulouse – Institut Universitaire de France), Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris), Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France), Zacarias Moutoukias (Université de Paris Diderot).

Adresse collective de contact : reshist2013@gmail.com