Archives de catégorie : Lectures / Readings

La gloire de l’industrie, XVIIe-XIXe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot

Corine Maitte, Philippe Minard et Matthieu de Oliveira (dir.), La gloire de l’industrie, XVIIe-XIXe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 342 p.

Cet ouvrage saisit les mondes industriels d’Europe occidentale au moment du premier capitalisme manufacturier. Il conduit le lecteur du comptoir commercial à l’atelier artisanal, du carreau de la mine à l’usine mécanisée. Il porte ainsi l’écho des ambitions marchandes, des efforts appliqués des entrepreneurs mais aussi des foucades et fureurs ouvrières. Les contributions réunies ici permettent de tirer les enseignements des recherches les plus récentes et d’illustrer la fécondité des voies ouvertes par Gérard Gayot, auquel l’ouvrage est dédié.

 

Pour plus d’informations :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2933

 

 

Le papier peint Art nouveau par Jérémie Cerman

Jérémie Cerman, Le Papier peint Art nouveau, création, production, diffusion, Mare & Martin, 2012, 304 p.

Depuis son renouvellement en Angleterre, grâce à William Morris et aux créateurs du mouvement Arts and Crafts, jusqu’à l’émergence de l’Art nouveau en Europe continentale, le papier peint fut le lieu de toutes les attentions sur les scènes artistiques européennes. Dans le même temps, les fabricants et les dessinateurs spécialisés qu’ils sollicitaient adoptèrent progressivement une esthétique inspirée par l’Art nouveau, jusqu’à ce que ces motifs constituent une part majoritaire des collections commercialisées à partir de 1900. Grâce à une investigation menée au sein des milliers de modèles engendrés par l’industrie du papier peint, Jérémie Cerman aborde dans cet ouvrage de nombreux aspects du phénomène : l’activité des manufactures, les pratiques des ateliers de dessin industriel, le contexte de mise en vente de ces produits… Il montre notamment comment ces articles bon marché détenaient le potentiel d’une diffusion massive du goût moderne dans les intérieurs de la Belle Époque : grâce à eux, cette esthétique vint agrémenter le quotidien de toutes catégories de la population. D’un style bien marqué par la modernité ou d’un goût parfois plus consensuel, les papiers peints répondirent dans une certaine mesure aux idéaux sociaux de l’Art nouveau.

Sur l’auteur :

Diplômé de l’École du Louvre en 2000, Jérémie Cerman a poursuivi ses études d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sous la direction d’Éric Darragon, il y a soutenu en 2009 une thèse de doctorat, lauréate en 2010 du Prix Richelieu de la Chancellerie des Universités de Paris. Il s’attache à démontrer que l’industrie a permis la propagation d’une esthétique inspirée par l’Art nouveau dans les intérieurs de toutes classes sociales. En 2006, il a également co-organisé le colloque Visible et Lisible. Confrontations et articulations du texte et de l’image, dont les actes ont été publiés en 2007 aux éditions Nouveau Monde.

Jérémie Cerman a enseigné l’histoire de l’art à Paris 1, en tant qu’allocataire-moniteur (2003-2006) et attaché temporaire d’enseignement et de recherche (2006-2007 ; 2009-2010), puis à l’Université de Picardie Jules Verne, en tant que chargé de cours (2010-2011). En 2010, il a aussi participé au programme ANR Corpus électronique de la correspondance d’Eugène Delacroix (Centre André Chastel, Université Paris-Sorbonne). Pensionnaire à l’INHA depuis novembre 2011, il travaille avec Julie Ramos au développement de l’axe de recherche consacré aux arts du décor, aux arts décoratifs et au design, dans le cadre du programme L’art par-delà les beaux-arts. Ses recherches personnelles portent sur la circulation et les usages des modèles d’ornements, du milieu du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Depuis septembre 2012, il est maître de conférences en histoire de l’art contemporaine à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV).