Archives par mot-clé : art

« Art et industrie. Les enjeux de la formation », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, 2014, n°2. Dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet, sous la direction de Sophie A. de Beaune et Liliane Hilaire Pérez

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, 2014, n°2, sous la direction de Sophie A. de Beaune et Liliane Hilaire Pérez

ART ET INDUSTRIE : LES ENJEUX DE LA FORMATION
Dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

• Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
• Le « trompe-l’oeil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
• Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
• Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
• « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
• Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie (XVIIIe-XIXe siècles), Audrey Millet
• La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
• Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
• Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840-1940), Florent Le Bot

6944-1849-Couverture

QU’EST-CE QU’UN OUTIL SIMPLE ?
Dossier coordonné par Sophie A. de Beaune
• Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
• Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
• Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
• Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

VARIA
• Quand la calligraphie se fait avec l’usage de la bouche : transfert technique d’une compétence d’expertise, Anne-Lyse Chabert

COMPTES-RENDUS DE LECTURE

Séminaire, « Esthétique scientifique » (Centre Victor Basch / Université Paris 4), séance d’Estelle Thibault, jeudi 12 décembre, Sorbonne

L’esthétique scientifique 2013-2014

« L’esthétique scientifique » (sous la direction de C. Maigné et J. Colrat) : sous cette désignation qui commence à s’imposer (voir par exemple le colloque Vers la science de l’art : l’esthétique scientifique en France 1857-1937, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein (Paris IV), Carole Maigné (Paris IV) , Arnauld Pierre (Paris IV) et Mildred Galland (CNRS), 2011, Paris), il faut entendre la tentative de constituer le discours sur l’art en science sui generis, l’utilisation des acquis des sciences positives par l’Esthétique et la prise en compte de ces savoirs nouveaux dans l’activité créatrice des artistes eux-mêmes. Les années 1850-1930 seront le cadre privilégié des recherches envisagées, sans être exclusif. Il s’agira surtout de faire émerger et connaître un corpus vaste et polyphonique dont les auteurs (français, allemands, anglais, italiens…) sont oubliés ou méconnus alors qu’ils furent très présents en librairie et dans la vie de revues importantes jusqu’au début du XXe siècle (Revue philosophique de FranceLa Science française…).

Ce travail de découverte se fera essentiellement  dans le cadre d’un séminaire dont chaque séance (environ six par an), prise en charge par un membre du Centre ou par un invité, sera consacrée à une question spécifique liée à la thématique générale  de l’Esthétique scientifique. Ceci implique une approche transdisciplinaire qui ouvre le séminaire, au-delà des philosophes, aux historiens de l’art mais aussi à l’histoire de la science, la psychologie, la physiologie, la zoologie… L’approche pourra être monographique (« Maurice Griveau », « Charles Lévêque », « Vernon Lee », « Mario Pilo », « le groupe de Bloomsbury »…), thématique (« l’esthétique de l’évolutionnisme », « le plaisir esthétique et la psycho-physiologie »,  « la réaction anti-positiviste »…), réflexive (« l’esthétique scientifique peut-elle être normative ? », « quelle science pour l’esthétique scientifique ?»…). Chacune des séances sera conçue comme une étape d’un travail en construction, appelant un approfondissement à l’intérieur même du séminaire, lors de séances ultérieures. Le séminaire voudrait susciter des projets autonomes de recherche chez les étudiants. Une journée d’études annuelle, concernant une région bien définie de l’esthétique scientifique pourrait aussi être envisagée (par exemple : « formalisme et esthétique scientifique »). Là encore, les étudiants seraient impliqués.

Derrière la diversité des études, l’objectif est précis : établir une cartographie de l’Esthétique scientifique qui permette d’en repérer les principaux auteurs, les différentes inflexions, les lignes de démarcation, ainsi que son évolution durant plus de cinquante ans. Même si l’objectif scientifique est bien défini, les domaines de recherche impliqués sont très divers. Il est donc nécessaire de donner une forme sensible à cette identité. C’est pourquoi la perspective d’une anthologie raisonnée de textes sera le guide du travail et sera un contrepoint important à la publication de l’ouvrage Vers la science de l’art à paraitre aux PUPS en 2013. Outre son propre intérêt scientifique, cette anthologie qui impliquera les participants des séminaires permettra de faire travailler des étudiants pour des traductions d’auteurs étrangers, des présentations de livres ou d’auteurs. Cette anthologie qui pourra être faite selon une logique chronologique (sur le modèle de ce que fait pour la critique d’art La Promenade du critique influent) ou thématique (sur le modèle de Art & Theory) ne sera pas seulement une compilation de textes. Elle offrira une présentation aussi riche que possible des auteurs et des thématiques présentés, et constituera donc la somme du travail accompli par tous ceux qui, au sein du Centre Victor Basch, auront pris part aux diverses activités du programme « Esthétique scientifique ».

 

– jeudi 24 octobre 2013, 18h-20h : Conférence du Pr. Fernando Vidal (UAB, Barcelone, Institution catalane d’études et de recherches avancées) : « Les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique »18h-20h, salle E 658, Sorbonne : « Mettre “les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique,” c’est inverser la manière dont les termes sont habituellement posés pour exprimer les rapports entre les neurosciences et les sciences humaines. On imagine que la validité et l’intérêt de celles-ci sont à juger à partir de ce que celles-là disent à propos de leurs questions de recherche. Nous soutiendrons exactement l’inverse. Par ailleurs, prenant au mot la “neuroesthétique” lorsqu’elle dit étudier les processus qu’englobe la notion de “relation esthétique,” nous montrerons qu’elle demeure en deçà de son but – non pas en raison de définitions normatives qu’on lui opposerait (de l’art ou de la beauté par exemple), mais parce qu’elle travaille avec des outils épistémiques et méthodologiques inadaptés à l’objet qu’elle dit vouloir comprendre« .

 
– jeudi 12 décembre 2013, 18h-20h : Conférence d’Estelle Thibault (Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS/ UMR AUSSER 3329) : « Jules Bourgoin, de la Théorie de l’ornement à la Graphique : Quelle science esthétique pour les métiers d’art ? »,  18h-20h, salle E 658, Sorbonne :
« Les publications de l’architecte et dessinateur Jules Bourgoin (1838-1908) témoignent d’un engagement à long terme pour la fondation d’une discipline spécifique, capable d’encadrer tant l’analyse que la production des œuvres ornementales. Cette tentative obstinée et inquiète, par laquelle il espère sortir les industries d’art de la double domination des beaux-arts et de la science des ingénieurs, passe par la déconstruction critique des doctrines esthétiques contemporaines et cherche ses modèles dans l’épistémologie exigeante du philosophe Antoine Augustin Cournot et dans un riche imaginaire scientifique. De la Théorie de l’ornement (1873) à la Graphique (1905), il élabore un ambitieux programme d’analyse formelle, bientôt envisagé comme le socle d’une nouvelle pédagogie pour stimuler l’invention dans les métiers d’art ». 
 
– jeudi 30 janvier 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 6 mars 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 10 avril 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 22 mai 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
Pour plus d’informations ==== https://sites.google.com/site/centrevictorbasch/activites-2013-2014/seminaires/l-esthetique-scientifique-2
 

Suite du séminaire, Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques / Teaching invention and creation in arts and technology, 24/10 et 05/12/2013

Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines », mai-décembre 2013

« Creations, arts and heritage », Labex seminar, May-December 2013

*  *  *

Résumé

L’objet du séminaire est de saisir, à travers les lieux, les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective.

Annonce

Présentation

L’objet du séminaire est de saisir, à travers les lieux, les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective.

Le parti fort du séminaire consiste à confronter différentes manières de faire et d’enseigner « le projet »  dans le domaine technique, dans le domaine artistique comme dans le domaine architectural. L’apport se situe aussi au niveau des objets d’étude. Dans l’ensemble, on peut dire que les acteurs, les institutions et le contenu des cours ont été beaucoup mieux étudiés que les méthodes d’enseignement en elles-mêmes. Et parmi ces méthodes, les cours magistraux sont mieux connus que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans l’architecture, les arts et les techniques.

Ce manque d’intérêt pour ces différents modes d’enseignement et leurs supports, s’explique en partie par le caractère éphémère et complexe de ces objets d’étude. Ce qui se dit, se fait, se dessine, se construit, les manipulations, les gestes, les mouvements du corps ne laissent souvent que des traces fragmentaires. Il faut les reconstruire à partir de sources indirectes, rassembler laborieusement des ensembles de dessins, d’objets, de cahiers, d’enregistrements, d’écrits divers (notes de cours, récits autobiographiques, etc.) dispersés et mal catalogués (collections des Musées, des Ecoles, documents d’archives, etc.). Le travail de collecte, d’inventaire et de classement de ces corpus est un des objectifs de cette enquête. Il nécessite à l’évidence une collaboration étroite entre les conservateurs des Ecoles et des Musées et les enseignants-chercheurs.

Ce séminaire a ainsi pour spécificité de réunir des chercheurs spécialistes des techniques, de la technologie, de l’art et de l’architecture, mais aussi des praticiens actifs dans ces domaines : architectes, designers, restaurateurs et conservateurs. L’enjeu est d’éclairer les pratiques actuelles de l’enseignement. La multiplication récente de bi-cursus associant des disciplines distinctes (tels qu’historien d’art-restaurateur ou architecte-ingénieur par exemple) invite plus que jamais à examiner dans leur cadre institutionnel les principes paradigmatiques fondateurs des différentes pédagogies de la création et de l’invention, à étudier leurs relations dialectiques, leurs hybridations et leurs mutations. Dans le contexte d’une généralisation de l’image animée et de l’imagerie numérique, la mutation des outils de représentation, de conception et de diffusion, née du succès rapide de l’informatique, qui remet en cause le cœur même de l’apprentissage des arts et des techniques, invite également à une telle enquête.

Calendrier général

  • Jeudi 24 octobre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) Les Lieux de la création
  • Jeudi 5 décembre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) Oralité, création et invention : la figure de l’enseignant

Jeudi 24 octobre 2013

Les Lieux de la création

Ce sont paradoxalement les enseignements les plus conformes au modèle universitaire (cours magistraux) c’est-à-dire parfois les moins centraux, qui ont attiré l’attention des historiens et des sociologues de l’éducation (cours de théorie, géométrie, sociologie, histoire, etc.). C’est ainsi que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites sont méconnus. Les traces écrites rares, indirectes et fragmentaires expliquent en partie ces choix. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans les domaines artistiques et techniques. La séance portera sur l’analyse des lieux de l’enseignement et ce qui s’y déroule : l’atelier, l’agence, les visites, les salles de travaux dirigés, le laboratoire, le musée. On sait notamment peu de choses de la manière dont se déroulaient et se déroulent les « studios » ou « ateliers » où s’enseignent la « conception », qu’il s’agisse d’institutions comme les Écoles d’ingénieur ou d’architecture, les Écoles de design, de restauration ou les Écoles des Beaux-arts.

Présidente de séance : Eléonore Marantz 

  • Andrea Leers (Université d’Harvard) Visites et pratiques d’ateliers dans l’enseignement de l’architecture au XXe siècle (titre provisoire)
  • Renaud d’Enfert (Service d’histoire de l’éducation) Dedans, dehors… Cadres matériels et pratiques pédagogiques de l’enseignement du dessin au XIXe siècle
  • Michel Aphesbero (Ecole des beaux-arts de Bordeaux) Teaching as art. The History of an Unsettled Studio. 1989 – 2013

Répondants : Christian Hottin (Direction des Patrimoines, ministère de la Culture) et Jean Da Silva (sous réserve)

Jeudi 5 décembre 2013

Oralité, création et invention : la figure de l’enseignant

Dans l’enseignement des arts et des techniques, la transmission orale a été en règle générale largement délaissée au profit de la transmission écrite. Dans l’« atelier » le professeur face à son, ou ses élèves, n’invente pas son mode d’enseignement, quelles que soient les singularités de ses motivations. Il s’insère dans un cadre d’activité marqué par des règles qui sont souvent tacites. L’analyse des « cadres » de cette expérience collective reste à mener dans bien des institutions. Ce qui suppose que des études sociologiques et ethnographiques y soient conduites. L’autorité liée à la parole et à la personne du professeur, les relations interpersonnelles, l’interaction découlant du face-à-face professeur-élève, le processus de mimétisme sont autant de thèmes à développer. C’est à une réflexion sur l’observation de la transmission des méthodes inventives à partir de ce que font les acteurs, c’est-à-dire à partir de l’activité même des professeurs et des élèves, et non de ce qu’ils pensent ou disent penser, qu’est consacrée cette séance.

Président de séance : Guy Lambert

  • Delphine Bière (Université Lille III) L’Atelier de Fernand Léger à l’Académie moderne
  • Bruno Reichlin (Université de Genève) Aldo Rossi enseigne à l’École polytechnique fédérale de Zurich (1962-1975)

Répondants : Pierre Wat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Claire Brunet (ENS Cachan)