Archives par mot-clé : Artisanat

Histoire de l’enseignement technique, Stéphane LEMBRÉ

9782707182449

L’enseignement technique reste souvent méconnu et considéré comme une filière de relégation dans le système éducatif français. Pourtant, l’histoire de ses institutions, de ses personnels, de ses publics et de ses méthodes pédagogiques est indispensable pour comprendre sa richesse et sa diversité.
Celles-ci s’expliquent d’abord par le dynamisme local des collectivités, de certaines entreprises et de groupements syndicaux ou associatifs ; puis l’État s’est préoccupé de plus en plus nettement de l’organisation de cet enseignement. Les besoins de formation technique de la main-d’œuvre relèvent ainsi de politiques précises, menées par différents promoteurs et dont il faut interroger les finalités, les modes de financement et les modalités pédagogiques, entre l’école et l’atelier, sans présupposer la parfaite rationalité économique de la formation.
L’histoire du travail, celle des savoirs et des savoir-faire relèvent d’expériences multiples, individuelles et collectives, que l’étude de l’enseignement technique du XVIIIe siècle à nos jours aide à éclairer.

Stéphane Lembré est maître de conférences en histoire contemporaine à l’ESPÉ Lille Nord de France, membre du Centre de recherche et d’études Histoire et sociétés de l’université d’Artois. Parmi ses travaux consacrés à l’histoire de l’éducation et à l’histoire économique et sociale de la France aux XIXe et XXe siècles, on compte plusieurs articles et un ouvrage : L’École des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique, 1800-1940 (Presses universitaires de Rennes, « Carnot », 2013).

Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Albin Michel, L’Evolution de l’Humanité, 2013.

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

liliane

Professeur à l’université Paris VII, directrice d’études à l’EHESS, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers et spécialiste de l’histoire de l’invention et des savoirs techniques au XVIIIe siècle, Liliane Hilaire-Pérez est notamment l’auteur de L’Invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 2000).


Paris Haute Couture, Musée Galliéra, Paris

Entre les années 1860 et 1960, la haute couture française a donné le « la » de la mode dans le monde. Derrière de poétiques façades, ce sont en fait de puissantes structures productives qu’abritaient les maisons parisiennes.

En se distinguant aux yeux de la clientèle des grands magasins de leur temps comme des boutiques sans mécènes ou capitaux, les maisons de couture ont été les héritières des fournisseurs des cours.

En inventant l’idée d’une exception, d’une aura et d’une excellence artistique singulières, elles ont su développer un univers portant au rêve, au croisement néanmoins d’enjeux artisanaux, industriels et commerciaux.

Pour la première fois, il nous est donné de retracer un siècle d’histoire de la haute couture parisienne. Le tissu et la façon, le design de la marque, les métiers d’art, le luxe, la question de la cliente sont quelques-uns des thèmes passionnants qui sont abordés ici.

C’est un peu de l’atmosphère des maisons de couture qui se dégage ainsi des pages de ce livre. Et les pièces du musée Galliera d’être révélées dans ce qu’elles ont d’unique, surprises dans leur intimité par la sensibilité photographique de Katerina Jebb.


Artiste : Beau livre mode
Dimensions : 280 x 240
Editeur : Flammarion
Date parution : 03/11/2012
Nombre de pages : 287
Poids : 1.517 kg
Format : Ouvrage broché
Langue : Français
Musée : Musée Galliera, Paris