Archives par mot-clé : enseignement

Histoire de l’enseignement technique, Stéphane LEMBRÉ

9782707182449

L’enseignement technique reste souvent méconnu et considéré comme une filière de relégation dans le système éducatif français. Pourtant, l’histoire de ses institutions, de ses personnels, de ses publics et de ses méthodes pédagogiques est indispensable pour comprendre sa richesse et sa diversité.
Celles-ci s’expliquent d’abord par le dynamisme local des collectivités, de certaines entreprises et de groupements syndicaux ou associatifs ; puis l’État s’est préoccupé de plus en plus nettement de l’organisation de cet enseignement. Les besoins de formation technique de la main-d’œuvre relèvent ainsi de politiques précises, menées par différents promoteurs et dont il faut interroger les finalités, les modes de financement et les modalités pédagogiques, entre l’école et l’atelier, sans présupposer la parfaite rationalité économique de la formation.
L’histoire du travail, celle des savoirs et des savoir-faire relèvent d’expériences multiples, individuelles et collectives, que l’étude de l’enseignement technique du XVIIIe siècle à nos jours aide à éclairer.

Stéphane Lembré est maître de conférences en histoire contemporaine à l’ESPÉ Lille Nord de France, membre du Centre de recherche et d’études Histoire et sociétés de l’université d’Artois. Parmi ses travaux consacrés à l’histoire de l’éducation et à l’histoire économique et sociale de la France aux XIXe et XXe siècles, on compte plusieurs articles et un ouvrage : L’École des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique, 1800-1940 (Presses universitaires de Rennes, « Carnot », 2013).

Suite du séminaire, Enseigner l’invention et la création dans les arts et les techniques / Teaching invention and creation in arts and technology, 24/10 et 05/12/2013

Séminaire du Labex « Créations, arts, patrimoines », mai-décembre 2013

« Creations, arts and heritage », Labex seminar, May-December 2013

*  *  *

Résumé

L’objet du séminaire est de saisir, à travers les lieux, les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective.

Annonce

Présentation

L’objet du séminaire est de saisir, à travers les lieux, les méthodes et les supports pédagogiques, les processus d’invention et de création en eux-mêmes. L’hypothèse principale étant que l’enseignement est un terrain privilégié d’étude de l’invention et de la création, parce qu’il est le lieu où les pratiques, les méthodes et les modèles inventifs sont explicités pour réaliser l’objectif de transmission, mais aussi parce qu’il permet de saisir ces processus dans leur double dimension individuelle et collective.

Le parti fort du séminaire consiste à confronter différentes manières de faire et d’enseigner « le projet »  dans le domaine technique, dans le domaine artistique comme dans le domaine architectural. L’apport se situe aussi au niveau des objets d’étude. Dans l’ensemble, on peut dire que les acteurs, les institutions et le contenu des cours ont été beaucoup mieux étudiés que les méthodes d’enseignement en elles-mêmes. Et parmi ces méthodes, les cours magistraux sont mieux connus que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans l’architecture, les arts et les techniques.

Ce manque d’intérêt pour ces différents modes d’enseignement et leurs supports, s’explique en partie par le caractère éphémère et complexe de ces objets d’étude. Ce qui se dit, se fait, se dessine, se construit, les manipulations, les gestes, les mouvements du corps ne laissent souvent que des traces fragmentaires. Il faut les reconstruire à partir de sources indirectes, rassembler laborieusement des ensembles de dessins, d’objets, de cahiers, d’enregistrements, d’écrits divers (notes de cours, récits autobiographiques, etc.) dispersés et mal catalogués (collections des Musées, des Ecoles, documents d’archives, etc.). Le travail de collecte, d’inventaire et de classement de ces corpus est un des objectifs de cette enquête. Il nécessite à l’évidence une collaboration étroite entre les conservateurs des Ecoles et des Musées et les enseignants-chercheurs.

Ce séminaire a ainsi pour spécificité de réunir des chercheurs spécialistes des techniques, de la technologie, de l’art et de l’architecture, mais aussi des praticiens actifs dans ces domaines : architectes, designers, restaurateurs et conservateurs. L’enjeu est d’éclairer les pratiques actuelles de l’enseignement. La multiplication récente de bi-cursus associant des disciplines distinctes (tels qu’historien d’art-restaurateur ou architecte-ingénieur par exemple) invite plus que jamais à examiner dans leur cadre institutionnel les principes paradigmatiques fondateurs des différentes pédagogies de la création et de l’invention, à étudier leurs relations dialectiques, leurs hybridations et leurs mutations. Dans le contexte d’une généralisation de l’image animée et de l’imagerie numérique, la mutation des outils de représentation, de conception et de diffusion, née du succès rapide de l’informatique, qui remet en cause le cœur même de l’apprentissage des arts et des techniques, invite également à une telle enquête.

Calendrier général

  • Jeudi 24 octobre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) Les Lieux de la création
  • Jeudi 5 décembre 2013 (9h30-13h. INHA-Université Paris I. Salle AVD) Oralité, création et invention : la figure de l’enseignant

Jeudi 24 octobre 2013

Les Lieux de la création

Ce sont paradoxalement les enseignements les plus conformes au modèle universitaire (cours magistraux) c’est-à-dire parfois les moins centraux, qui ont attiré l’attention des historiens et des sociologues de l’éducation (cours de théorie, géométrie, sociologie, histoire, etc.). C’est ainsi que les enseignements sous forme d’« ateliers », de travaux dirigés, de « démonstrations », de « manipulations » et de visites sont méconnus. Les traces écrites rares, indirectes et fragmentaires expliquent en partie ces choix. Or ces types d’enseignements sont essentiels pour appréhender les processus de transmission des méthodes inventives dans les domaines artistiques et techniques. La séance portera sur l’analyse des lieux de l’enseignement et ce qui s’y déroule : l’atelier, l’agence, les visites, les salles de travaux dirigés, le laboratoire, le musée. On sait notamment peu de choses de la manière dont se déroulaient et se déroulent les « studios » ou « ateliers » où s’enseignent la « conception », qu’il s’agisse d’institutions comme les Écoles d’ingénieur ou d’architecture, les Écoles de design, de restauration ou les Écoles des Beaux-arts.

Présidente de séance : Eléonore Marantz 

  • Andrea Leers (Université d’Harvard) Visites et pratiques d’ateliers dans l’enseignement de l’architecture au XXe siècle (titre provisoire)
  • Renaud d’Enfert (Service d’histoire de l’éducation) Dedans, dehors… Cadres matériels et pratiques pédagogiques de l’enseignement du dessin au XIXe siècle
  • Michel Aphesbero (Ecole des beaux-arts de Bordeaux) Teaching as art. The History of an Unsettled Studio. 1989 – 2013

Répondants : Christian Hottin (Direction des Patrimoines, ministère de la Culture) et Jean Da Silva (sous réserve)

Jeudi 5 décembre 2013

Oralité, création et invention : la figure de l’enseignant

Dans l’enseignement des arts et des techniques, la transmission orale a été en règle générale largement délaissée au profit de la transmission écrite. Dans l’« atelier » le professeur face à son, ou ses élèves, n’invente pas son mode d’enseignement, quelles que soient les singularités de ses motivations. Il s’insère dans un cadre d’activité marqué par des règles qui sont souvent tacites. L’analyse des « cadres » de cette expérience collective reste à mener dans bien des institutions. Ce qui suppose que des études sociologiques et ethnographiques y soient conduites. L’autorité liée à la parole et à la personne du professeur, les relations interpersonnelles, l’interaction découlant du face-à-face professeur-élève, le processus de mimétisme sont autant de thèmes à développer. C’est à une réflexion sur l’observation de la transmission des méthodes inventives à partir de ce que font les acteurs, c’est-à-dire à partir de l’activité même des professeurs et des élèves, et non de ce qu’ils pensent ou disent penser, qu’est consacrée cette séance.

Président de séance : Guy Lambert

  • Delphine Bière (Université Lille III) L’Atelier de Fernand Léger à l’Académie moderne
  • Bruno Reichlin (Université de Genève) Aldo Rossi enseigne à l’École polytechnique fédérale de Zurich (1962-1975)

Répondants : Pierre Wat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Claire Brunet (ENS Cachan)

L’école et le musée. Apprendre du passé, préparer l’avenir ? XIXe – XXe siècles, vendredi 8 novembre 2013, 9-17h, Université d’Artois, Maison de la Recherche, Salle des colloques.

Journée d’étude organisée par Stéphane Lembré.

Le vendredi 8 novembre 2013, 9h00-17h30

Affiche_Ecole_et_Musees_4_septembre_2013_2_small

Cette journée d’étude souhaite progresser dans la connaissance des relations entre l’école et le musée, en tenant compte du spectre large des situations possibles, du musée scolaire dans les classes de la Troisième République jusqu’aux élèves en visite au musée. L’enjeu réside dans une meilleure compréhension de la constitution du patrimoine scolaire et des usages qui sont à l’origine des objets, des apprentissages et des discours qui émanent des relations entre école et musée. À la lumière de différentes approches disciplinaires, les communications proposées s’attacheront à démontrer la manière dont l’histoire des musées scolaires et des usages scolaires des musées s’articule aux enjeux patrimoniaux dont l’université d’Artois et l’École supérieure du professorat et de l’éducation, héritière d’un patrimoine hérité des anciennes écoles normales, ont choisi de s’emparer.

Programme de la journée

Journée d’études du vendredi 8 novembre 2013

(les communications sont d’une durée de 30 minutes)

A partir de 8h45 : Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois

9h15 : Mot de bienvenue par Charles GIRY-DELOISON, professeur en histoire moderne, directeur du CREHS (EA 4027), Université d’Artois.

Introduction par Stéphane LEMBRÉ, maître de conférences en histoire contemporaine, ESPE Lille Nord de France, CREHS.

Autour des musées scolaires

9h45-10h15 : Véronique CASTAGNET, maître de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse II – Le Mirail, Framespa : « Les musées scolaires : une patrimonialisation favorable aux petites patries (fin XIXe-début XXe siècle) ».

10h15-10h45  : Johann-Günther EGGINGER, maître de conférences en biologie des organismes, Université d’Artois, V2S-LBHE, « Musée scolaire et nouvelles pédagogies pour l’enseignement des sciences, 1833-1923 ».

10h45-11h00 : Pause

11h00-11h30 : Cora COHEN-AZRIA, maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Lille 3, Théodile-CIREL, « Regard didactique sur la notion de visiteur scolaire ».

11h30-12h00 : Discussion animée par Renaud d’ENFERT, maître de conférences HDR en histoire des sciences, Université de Cergy-Pontoise – ESPE, laboratoire EST – équipe GHDSO.

12h00-14h00 : Pause déjeuner

L’école et le musée entre science et industrie

14h00-14h30 : Audrey MILLET, doctorante en histoire moderne, Université Paris 8, IDHE et Institut d’Histoire, université de Neuchâtel, « Le dessin, l’école et le musée : parties de botanique en classe et dans la cour (France – Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles) ».

14h30-15h00 : Renske LANGEBEEK, docteur en muséologie, Université de Liège et Université de sciences appliquées de Rotterdam, « Le Musée national d’Histoire naturelle de Leyde : musée national ou cabinet académique ? ».

15h00-15h20 : Pause

15h20-15h50 : Antoine MATRION, chargé du patrimoine scientifique, PRES Université Lille Nord de France, « Un musée universitaire entre diffusion des savoirs scientifiques et promotion de l’industrie : l’exemple du musée houiller de Lille ».

15h50-16h20 : Discussion animée par Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille 3, IRHIS et Institut universitaire de France.

Les enjeux d’une histoire des relations entre école et musée

16h30-17h30 : Table ronde avec la participation de :

Yves GAULUPEAU, directeur du Musée national de l’éducation, CNDP – Rouen

Bruno POUCET, professeur en sciences de l’éducation, Université de Picardie Jules Verne, CAREF

Animée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, ESPE Lille Nord de France, CREHS