Archives par mot-clé : esthétique

Gaétan Picon, un contemporain capital (1915-2015) – 30 septembre – 14 octobre 2015, Paris

À l’occasion du centenaire de la naissance de Gaëtan Picon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, le Musée national Picasso-Paris, la Maison des écrivains et de la littérature (MEL) et l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) proposent quatre manifestations  (du 30 septembre au 14 octobre 2015) pour rappeler le parcours et l’influence de celui qui fut directeur général des Arts et Lettres du ministère des Affaires culturelles, directeur de revues, théoricien, essayiste, historien de l’art, écrivain.

Ce cycle est placé sous la direction scientifique d’Agnès Callu (IHTP/CNRS).

Programme-Picon-A3

Séminaire, « Esthétique scientifique » (Centre Victor Basch / Université Paris 4), séance d’Estelle Thibault, jeudi 12 décembre, Sorbonne

L’esthétique scientifique 2013-2014

« L’esthétique scientifique » (sous la direction de C. Maigné et J. Colrat) : sous cette désignation qui commence à s’imposer (voir par exemple le colloque Vers la science de l’art : l’esthétique scientifique en France 1857-1937, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein (Paris IV), Carole Maigné (Paris IV) , Arnauld Pierre (Paris IV) et Mildred Galland (CNRS), 2011, Paris), il faut entendre la tentative de constituer le discours sur l’art en science sui generis, l’utilisation des acquis des sciences positives par l’Esthétique et la prise en compte de ces savoirs nouveaux dans l’activité créatrice des artistes eux-mêmes. Les années 1850-1930 seront le cadre privilégié des recherches envisagées, sans être exclusif. Il s’agira surtout de faire émerger et connaître un corpus vaste et polyphonique dont les auteurs (français, allemands, anglais, italiens…) sont oubliés ou méconnus alors qu’ils furent très présents en librairie et dans la vie de revues importantes jusqu’au début du XXe siècle (Revue philosophique de FranceLa Science française…).

Ce travail de découverte se fera essentiellement  dans le cadre d’un séminaire dont chaque séance (environ six par an), prise en charge par un membre du Centre ou par un invité, sera consacrée à une question spécifique liée à la thématique générale  de l’Esthétique scientifique. Ceci implique une approche transdisciplinaire qui ouvre le séminaire, au-delà des philosophes, aux historiens de l’art mais aussi à l’histoire de la science, la psychologie, la physiologie, la zoologie… L’approche pourra être monographique (« Maurice Griveau », « Charles Lévêque », « Vernon Lee », « Mario Pilo », « le groupe de Bloomsbury »…), thématique (« l’esthétique de l’évolutionnisme », « le plaisir esthétique et la psycho-physiologie »,  « la réaction anti-positiviste »…), réflexive (« l’esthétique scientifique peut-elle être normative ? », « quelle science pour l’esthétique scientifique ?»…). Chacune des séances sera conçue comme une étape d’un travail en construction, appelant un approfondissement à l’intérieur même du séminaire, lors de séances ultérieures. Le séminaire voudrait susciter des projets autonomes de recherche chez les étudiants. Une journée d’études annuelle, concernant une région bien définie de l’esthétique scientifique pourrait aussi être envisagée (par exemple : « formalisme et esthétique scientifique »). Là encore, les étudiants seraient impliqués.

Derrière la diversité des études, l’objectif est précis : établir une cartographie de l’Esthétique scientifique qui permette d’en repérer les principaux auteurs, les différentes inflexions, les lignes de démarcation, ainsi que son évolution durant plus de cinquante ans. Même si l’objectif scientifique est bien défini, les domaines de recherche impliqués sont très divers. Il est donc nécessaire de donner une forme sensible à cette identité. C’est pourquoi la perspective d’une anthologie raisonnée de textes sera le guide du travail et sera un contrepoint important à la publication de l’ouvrage Vers la science de l’art à paraitre aux PUPS en 2013. Outre son propre intérêt scientifique, cette anthologie qui impliquera les participants des séminaires permettra de faire travailler des étudiants pour des traductions d’auteurs étrangers, des présentations de livres ou d’auteurs. Cette anthologie qui pourra être faite selon une logique chronologique (sur le modèle de ce que fait pour la critique d’art La Promenade du critique influent) ou thématique (sur le modèle de Art & Theory) ne sera pas seulement une compilation de textes. Elle offrira une présentation aussi riche que possible des auteurs et des thématiques présentés, et constituera donc la somme du travail accompli par tous ceux qui, au sein du Centre Victor Basch, auront pris part aux diverses activités du programme « Esthétique scientifique ».

 

– jeudi 24 octobre 2013, 18h-20h : Conférence du Pr. Fernando Vidal (UAB, Barcelone, Institution catalane d’études et de recherches avancées) : « Les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique »18h-20h, salle E 658, Sorbonne : « Mettre “les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique,” c’est inverser la manière dont les termes sont habituellement posés pour exprimer les rapports entre les neurosciences et les sciences humaines. On imagine que la validité et l’intérêt de celles-ci sont à juger à partir de ce que celles-là disent à propos de leurs questions de recherche. Nous soutiendrons exactement l’inverse. Par ailleurs, prenant au mot la “neuroesthétique” lorsqu’elle dit étudier les processus qu’englobe la notion de “relation esthétique,” nous montrerons qu’elle demeure en deçà de son but – non pas en raison de définitions normatives qu’on lui opposerait (de l’art ou de la beauté par exemple), mais parce qu’elle travaille avec des outils épistémiques et méthodologiques inadaptés à l’objet qu’elle dit vouloir comprendre« .

 
– jeudi 12 décembre 2013, 18h-20h : Conférence d’Estelle Thibault (Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS/ UMR AUSSER 3329) : « Jules Bourgoin, de la Théorie de l’ornement à la Graphique : Quelle science esthétique pour les métiers d’art ? »,  18h-20h, salle E 658, Sorbonne :
« Les publications de l’architecte et dessinateur Jules Bourgoin (1838-1908) témoignent d’un engagement à long terme pour la fondation d’une discipline spécifique, capable d’encadrer tant l’analyse que la production des œuvres ornementales. Cette tentative obstinée et inquiète, par laquelle il espère sortir les industries d’art de la double domination des beaux-arts et de la science des ingénieurs, passe par la déconstruction critique des doctrines esthétiques contemporaines et cherche ses modèles dans l’épistémologie exigeante du philosophe Antoine Augustin Cournot et dans un riche imaginaire scientifique. De la Théorie de l’ornement (1873) à la Graphique (1905), il élabore un ambitieux programme d’analyse formelle, bientôt envisagé comme le socle d’une nouvelle pédagogie pour stimuler l’invention dans les métiers d’art ». 
 
– jeudi 30 janvier 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 6 mars 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 10 avril 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 22 mai 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
Pour plus d’informations ==== https://sites.google.com/site/centrevictorbasch/activites-2013-2014/seminaires/l-esthetique-scientifique-2
 

Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Albin Michel, L’Evolution de l’Humanité, 2013.

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

liliane

Professeur à l’université Paris VII, directrice d’études à l’EHESS, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers et spécialiste de l’histoire de l’invention et des savoirs techniques au XVIIIe siècle, Liliane Hilaire-Pérez est notamment l’auteur de L’Invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 2000).