Archives par mot-clé : geste

Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste – Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Albin Michel, L’Evolution de l’Humanité, 2013.

Liliane Hilaire-Pérez montre comment l’économie marchande anglaise, matrice de la culture technique des Lumières, est avant tout une économie de la pièce et du geste, c’est-à-dire de l’assemblage et du processus. Les techniques sont toujours à la fois un objet et un moyen de connaissance de l’homme. Loin d’être l’apanage des ingénieurs, ces savoirs se sont développés en milieu artisanal, se déployant dans de multiples fabrications : meuble, serrurerie, chaudronnerie, carrosserie, etc.
Impulsée par de véritables entrepreneurs, à la tête de firmes polyvalentes, sectorielles, ramifiées, puisant dans toutes les ressources de l’économie urbaine, cette économie marchande ouvre sur un autre univers technique et inventif, avant le machinisme et sa sacralisation. L’étude de cette culture technique donne à penser à nouveaux frais nos conceptions et nos usages actuels de la technologie dont l’origine n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, scientifique, mais bien artisanale.

 

liliane

Professeur à l’université Paris VII, directrice d’études à l’EHESS, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers et spécialiste de l’histoire de l’invention et des savoirs techniques au XVIIIe siècle, Liliane Hilaire-Pérez est notamment l’auteur de L’Invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 2000).


Séminaire 2013/2014, Épistémologie du dessin. The epistemology of drawing, vendredi de 12h à 14h à l’Ecole des Chartes, Agnès CALLU (École des Chartes, CNRS/IHTP)

Épistémologie du dessin

The epistemology of drawing

Concepts, lectures et interprétations, XIXe-XXIe siècle

Concepts, readings and interpretations, 19th-21st century

*  *  *

Publié le jeudi 12 septembre 2013 par Élodie Faath

Résumé

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle.

Annonce

Séminaire organisé par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et l’École nationale des Chartes, année universitaire 2013/2014

Le vendredi de 12h à 14h à l’Ecole des Chartes

Par Agnès CALLU (École des Chartes, CNRS/IHTP)

Présentation

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que « […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ».

Programme

Pratiques culturelles du dessin

Séance 1/ 11 octobre 2013.

  • « Régimes d’historicité des Cabinets d’art graphique : Le Louvre et les Arts décoratifs » (Agnès Callu et Lizzie Boubli, Louvre, CNRS-ITEM)

Séance 2/25 octobre 2013.

  • « Autour de Dess(e)ins : les traces habiles » (Claire Combeau, directrice de collection)

Séance 3/ 15 novembre 2013.

  • « Le Dessin : cartographie critique des lieux de création et monstration » (François-Marie Deyrolle, éditeur)

Lectures pluridisciplinaires du dessin

Séance 4/ 29 novembre 2013.

  • « Aragon dessinateur ou l’autre geste d’écrire » (Luc Vigier, Université de Poitiers, CNRS-ITEM)

Séance 5/ 6 décembre 2013.

« L’architecte et le dessin : critique et interprétation du graphe » (Jean-Philippe Garric, Paris I)

Séance 6/ 14 février 2014.

« Pour une génétique esthétique des carnets de Miró » (Agnès Callu, Ecole nationale des Chartes)

Séance 7/ 21 février 2014.

  • « Fondations et architectures : de l’ornement et de l’écrit japonisants aux recueils (v.1860-1900) » (Sabine Pasdelou, Paris Ouest-Nanterre-La Défense)

Séance 8/ 7 mars 2014.

« Pour une histoire globale des gestes techniques : le dessin en régime de fabrique (XVIIIe-XIXe siècles) » (Audrey Millet, Paris 8)

Séance 9/ 21 mars 2014.

« De la psychologie clinique du dessin : diagnostics et pratiques » (Claude Mesmin, Paris 8)

Égohistoires de créateurs

Séance 10/ 4 avril 2014.

« Marcher, Ecrire, Dessiner » (Jean-Christophe Norman, artiste plasticien)

Séance 11/ 25 avril 2014.

« Vers un Atlas du Temps présent » (Claire Malrieux, artiste plasticienne, ENSCI)

Conclusions

Séance 12/ 23 mai 2014.

  • « Conclusions du séminaire, II » (Agnès Callu)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris/ Sciences Po (thèse publiée sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur associé permanent au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à Sciences Po (CHSP), chargé de cours à l’École nationale des Chartes.

L’expérimentation du geste Méthode d’investigation des arts de grâce et de guerre du Moyen-Âge à l’époque moderne, 31 mars 2013

L’expérimentation du geste

Méthode d’investigation des arts de grâce et de guerre du Moyen-Âge à l’époque moderne

*  *  *

Résumé

Les gestes et, de manière générale, les savoirs corporels liés aux arts et aux techniques constituent un champ de recherche relatif à l’histoire et à l’histoire culturelle ; actuellement, ce champ est en développement. L’histoire des savoirs gestuels, de leur place dans les mentalités, de la volonté de leur inscription, description ou codification, ainsi que des modalités de leur transmission reposent sur de nombreuses traces écrites. Ces traces existent sous formes textuelles (usage du verbe), figurées (iconographie) et / ou codifiées (différentes formes d’écriture, de schématisation et de notation). Pour le colloque du 17 au 19 octobre, nous nous concentrerons principalement sur l’étude du geste des domaines de la danse et des combats ainsi que de leurs domaines associés, pour les périodes allant du XIIIe siècle à la première moitié du XVIIIe siècle.

Annonce

Argumentaire

Les gestes et, de manière générale, les savoirs corporels liés aux arts et aux techniques constituent un champ de recherche relatif à l’histoire et à l’histoire culturelle ; actuellement, ce champ est en développement. L’histoire des savoirs gestuels, de leur place dans les mentalités, de la volonté de leur inscription, description ou codification, ainsi que des modalités de leur transmission reposent sur de nombreuses traces écrites. Ces traces existent sous formes textuelles (usage du verbe), figurées (iconographie) et / ou codifiées (différentes formes d’écriture, de schématisation et de notation). Pour le colloque du 17 au 19 octobre, nous nous concentrerons principalement sur l’étude du geste des domaines de la danse et des combats ainsi que de leurs domaines associés, pour les périodes allant du XIIIème siècle à la première moitié du XVIIIème siècle.

Premièrement, la corporalité et son référentiel kinesthésique sont à considérer (id est : premièrement les facteurs physiologiques d’individus ayant vécu à une époque éloignée du chercheur, deuxièmement les éléments d’une mémoire kinesthésique, entraînée notamment par des formes de praxis spécifiques). L’expérimentation en effet dépend des conditions corporelles de celui qui s’y livre (entrainement ou non à une technique ; nature, moyen, intensité de cet entraînement) et ses résultats en seront influencés. Cette prise en compte permet à notre avis de se positionner par rapport à la préoccupation de la « validité des résultats » pour la recherche sur le geste. Cela dit, la perspective peut être renversée. Ainsi, deuxièmement, dans les sources, il apparaît que les descriptions ou les représentations ont pour objets des savoirs gestuels et des techniques. Dès lors, comment élaborer une méthode d’analyse des sources qui soit testable, puisque c’est sur cette analyse que reposent les propositions d’expérimentation du geste ? Cette double approche —et les questions qu’elle suscite— explique que nous problématisions des méthodes de recherche : d’une part celles de l’expérimentation, d’autre part celles qui relèvent de l’analyse des sources.

Le lien entre la corporalité et des sources n’est cependant pas le seul aspect qui soit déterminant pour la recherche sur le geste de grâce ou de guerre. En effet, l’interaction entre les gestes et la culture matérielle qui leur est associé doit également avoir une influence sur l’analyse gestuelle, qu’il s’agisse du maniement ou de la production d’accessoires, d’instruments, d’objets utilitaires, d’armes, etc. Cette interaction ne se limite cependant pas toujours à un seul expérimentateur —en particulier dans le cas du combat qui implique certes des armes, mais aussi un ou des adversaires. Pour ce qui est des arts chorégraphiques, une réflexion parallèle peut être menée, par exemple sur l’interaction avec des éléments de costumes et des accessoires, puis sur ce que cette interaction implique pour la construction d’une corporalité propre ou partagée —c’est-à-dire construite avec le ou les partenaires chorégraphiques.

Tels sont donc les trois objectifs principaux de ce colloque :

  • Définir et présenter concrètement et théoriquement ce que suppose et implique l’expérimentation, cette méthode qui induit un test pratique reproductible à partir de données tirées de sources primaires. La réflexion théorique et la confrontation des situations de recherche de différentes provenances et de différents niveaux doit permettre de forger des outils et des protocoles pour améliorer la méthodologie expérimentale en ce qui concerne l’étude du geste historique.
  • Définir l’objet d’étude du geste en réfléchissant aux motivations, aux enjeux, aux règles et aux formes en relation aux finalités des gestes à proprement parlé : gestes qui construisent l’espace ; qui élaborent le son ; qui transforment la matière ; gestes d’éloquence, d’actio et d’écoute ; gestes qui protègent et qui tuent.
  • Envisager l’interaction entre le geste et la culture matérielle qui lui est associée. Mettre en évidence la spécificité de la méthode d’expérimentation en fonction de l’intégration ou non d’accessoires, d’outils ou d’armes répliqués.

Les propositions de contribution peuvent prendre la forme conventionnelle d’un exposé oral illustré d’un powerpoint, d’extraits de films, voire de brèves démonstrations, ou la forme moins courante d’une présentation d’expérimentation en salle de danse (avec tapis fragile). Elles s’inscriront dans l’un des quatre axes suivants :

  • Méthodologie expérimentale pour l’étude du geste: présentation des protocoles, résultats intermédiaires et / ou présentation des résultats.
  • Interactions entre la technicité du geste et la matière : exemples et cas d’école d’expérimentation.
  • Points communs, divergence et complémentarité entre expérience et expérimentation.
  • Autre.

Modalités de soumission

Intervention de 30 minutes (20 min. de temps de parole et 10 min. de questions).

Langues : français, anglais.

Les propositions de contribution sont à envoyer à l’adresse : colloque.experimentation2013@gmail.com,

avant le 31 mars 2013,

dans un fichier comportant :

  • Nom, prénom
  • Adresse email
  • Université, laboratoire, institution ou association de rattachement
  • Proposition de communication (titre, résumé de 500 à 1000 signes, bibliographie de 5 titres maximum, liste de mots clés)

Notification d’acceptation : 30 avril 2013.

Programme disponible : 30 août 2013.

Informations pratiques

Les intervenants sont logés les nuits du 17 au 18 et du 18 au 19 octobre 2013. Les repas et les frais de déplacement sont pris en charge. Les informations sur le logement et les salles seront communiquées en même temps que le programme.

Une publication des actes est prévue. Délai de reddition des articles (toutes les contributions pourront faire l’objet d’un développement théorique) : 25 janvier 2014. Le comité scientifique se réserve la décision d’accepter ou de refuser les propositions de publication. Les modalités seront communiquées ultérieurement.

Comité d’organisation

  • Fanny Abbott (Université de Lausanne)
  • Nicolas Baptiste (Université de Chambéry)
  • Petya Ivanova (Université de Genève)
  • Daniel Jaquet (Université de Genève)
  • Dora Kiss (Université de Genève)

Comité scientifique

  • Guillemette Bolens (Université de Genève)
  • Daniel Jaquet (Université de Genève)
  • Dora Kiss (Université de Genève)
  • Marina Nordera (Université de Nice Sophia Antipolis)

Orientation bibliographique

A cultural history of gesture, ed. Jan N. Bremmer and Herman Roodenburg, Ithaca N.Y, Cornell University Press, 1992.

ANGLO, Sydney, L’escrime, la danse et l’art de la guerre, Le livre et la représentation du mouvement, Paris, BnF, 2011, (Conférence Léopold Delisle).

Bewegtes Leben. Körpertechniken in der Frühen Neuzeit, Hrsg. Rebekka von Mallinckrodt, Wolfenbüttel, Herzog- August-Bibliothek, 2008, (« Ausstellungskataloge der Herzog-August-Bibliothek »).

BAXMANN, Inge, « At the Boundaries of the Archive: Movement, Rhythm, and Muscle Memory. A Report on the Tanzarchiv Leipzig », Dance Chronicle, n. 1, 2009, pp. 127-135.

BOLENS, Guillemette, Le style des gestes: corporéité et kinésie dans le récit littéraire, Lausanne, BHMS, 2008, (« Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé »).

Réduire en art: la technologie de la Renaissance aux Lumières, éds. Pascal Dubourg Glatigny, Hélène Vérin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008.

JAQUET Daniel et KISS Dora, « L’expérimentation du geste martial et du geste artistique : regards croisés » dans Dora Kiss, Pierre-Henri Bas et Daniel Jaquet (éds.), Les arts de guerre et de grâce (XIVe – XVIIIe siècles). De la codification du mouvement à sa restitution : hypothèses, expérimentations et limites, Revue du Nord, NN, à paraître.

NORDERA Marina, « Les accessoires comme prolongement du corps en scène », in Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire (1635-1906), éds. Roxane Martin et Marina Nordera, Paris, Honoré Champion, 2011, pp. 53-64

PEREZ, Liliane et VERNA, Catherine « La circulation des savoirs techniques du Moyen-âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracé, n° 16, 2009.

SHEETS-JOHNSTONE, Maxine, « Movement and mirror neurons: a challenging and choice conversation », Phenomenology and the Cognitive Sciences, vol. 11 / 3, 2012, p. 385‐401.

The Cutting Edge: Studies in Ancient and Medieval Combat, ed. Barry Molloy, Stroud, Tempus, 2007.