Archives par mot-clé : Ornement

Séminaire, « Esthétique scientifique » (Centre Victor Basch / Université Paris 4), séance d’Estelle Thibault, jeudi 12 décembre, Sorbonne

L’esthétique scientifique 2013-2014

« L’esthétique scientifique » (sous la direction de C. Maigné et J. Colrat) : sous cette désignation qui commence à s’imposer (voir par exemple le colloque Vers la science de l’art : l’esthétique scientifique en France 1857-1937, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein (Paris IV), Carole Maigné (Paris IV) , Arnauld Pierre (Paris IV) et Mildred Galland (CNRS), 2011, Paris), il faut entendre la tentative de constituer le discours sur l’art en science sui generis, l’utilisation des acquis des sciences positives par l’Esthétique et la prise en compte de ces savoirs nouveaux dans l’activité créatrice des artistes eux-mêmes. Les années 1850-1930 seront le cadre privilégié des recherches envisagées, sans être exclusif. Il s’agira surtout de faire émerger et connaître un corpus vaste et polyphonique dont les auteurs (français, allemands, anglais, italiens…) sont oubliés ou méconnus alors qu’ils furent très présents en librairie et dans la vie de revues importantes jusqu’au début du XXe siècle (Revue philosophique de FranceLa Science française…).

Ce travail de découverte se fera essentiellement  dans le cadre d’un séminaire dont chaque séance (environ six par an), prise en charge par un membre du Centre ou par un invité, sera consacrée à une question spécifique liée à la thématique générale  de l’Esthétique scientifique. Ceci implique une approche transdisciplinaire qui ouvre le séminaire, au-delà des philosophes, aux historiens de l’art mais aussi à l’histoire de la science, la psychologie, la physiologie, la zoologie… L’approche pourra être monographique (« Maurice Griveau », « Charles Lévêque », « Vernon Lee », « Mario Pilo », « le groupe de Bloomsbury »…), thématique (« l’esthétique de l’évolutionnisme », « le plaisir esthétique et la psycho-physiologie »,  « la réaction anti-positiviste »…), réflexive (« l’esthétique scientifique peut-elle être normative ? », « quelle science pour l’esthétique scientifique ?»…). Chacune des séances sera conçue comme une étape d’un travail en construction, appelant un approfondissement à l’intérieur même du séminaire, lors de séances ultérieures. Le séminaire voudrait susciter des projets autonomes de recherche chez les étudiants. Une journée d’études annuelle, concernant une région bien définie de l’esthétique scientifique pourrait aussi être envisagée (par exemple : « formalisme et esthétique scientifique »). Là encore, les étudiants seraient impliqués.

Derrière la diversité des études, l’objectif est précis : établir une cartographie de l’Esthétique scientifique qui permette d’en repérer les principaux auteurs, les différentes inflexions, les lignes de démarcation, ainsi que son évolution durant plus de cinquante ans. Même si l’objectif scientifique est bien défini, les domaines de recherche impliqués sont très divers. Il est donc nécessaire de donner une forme sensible à cette identité. C’est pourquoi la perspective d’une anthologie raisonnée de textes sera le guide du travail et sera un contrepoint important à la publication de l’ouvrage Vers la science de l’art à paraitre aux PUPS en 2013. Outre son propre intérêt scientifique, cette anthologie qui impliquera les participants des séminaires permettra de faire travailler des étudiants pour des traductions d’auteurs étrangers, des présentations de livres ou d’auteurs. Cette anthologie qui pourra être faite selon une logique chronologique (sur le modèle de ce que fait pour la critique d’art La Promenade du critique influent) ou thématique (sur le modèle de Art & Theory) ne sera pas seulement une compilation de textes. Elle offrira une présentation aussi riche que possible des auteurs et des thématiques présentés, et constituera donc la somme du travail accompli par tous ceux qui, au sein du Centre Victor Basch, auront pris part aux diverses activités du programme « Esthétique scientifique ».

 

– jeudi 24 octobre 2013, 18h-20h : Conférence du Pr. Fernando Vidal (UAB, Barcelone, Institution catalane d’études et de recherches avancées) : « Les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique »18h-20h, salle E 658, Sorbonne : « Mettre “les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique,” c’est inverser la manière dont les termes sont habituellement posés pour exprimer les rapports entre les neurosciences et les sciences humaines. On imagine que la validité et l’intérêt de celles-ci sont à juger à partir de ce que celles-là disent à propos de leurs questions de recherche. Nous soutiendrons exactement l’inverse. Par ailleurs, prenant au mot la “neuroesthétique” lorsqu’elle dit étudier les processus qu’englobe la notion de “relation esthétique,” nous montrerons qu’elle demeure en deçà de son but – non pas en raison de définitions normatives qu’on lui opposerait (de l’art ou de la beauté par exemple), mais parce qu’elle travaille avec des outils épistémiques et méthodologiques inadaptés à l’objet qu’elle dit vouloir comprendre« .

 
– jeudi 12 décembre 2013, 18h-20h : Conférence d’Estelle Thibault (Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS/ UMR AUSSER 3329) : « Jules Bourgoin, de la Théorie de l’ornement à la Graphique : Quelle science esthétique pour les métiers d’art ? »,  18h-20h, salle E 658, Sorbonne :
« Les publications de l’architecte et dessinateur Jules Bourgoin (1838-1908) témoignent d’un engagement à long terme pour la fondation d’une discipline spécifique, capable d’encadrer tant l’analyse que la production des œuvres ornementales. Cette tentative obstinée et inquiète, par laquelle il espère sortir les industries d’art de la double domination des beaux-arts et de la science des ingénieurs, passe par la déconstruction critique des doctrines esthétiques contemporaines et cherche ses modèles dans l’épistémologie exigeante du philosophe Antoine Augustin Cournot et dans un riche imaginaire scientifique. De la Théorie de l’ornement (1873) à la Graphique (1905), il élabore un ambitieux programme d’analyse formelle, bientôt envisagé comme le socle d’une nouvelle pédagogie pour stimuler l’invention dans les métiers d’art ». 
 
– jeudi 30 janvier 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 6 mars 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 10 avril 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 22 mai 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
Pour plus d’informations ==== https://sites.google.com/site/centrevictorbasch/activites-2013-2014/seminaires/l-esthetique-scientifique-2
 

Colloque : « Charles Blanc (1813-1882) Vie, œuvre, impact » (Paris, 14–16 novembre 2013), INHA

Charles Blanc (1813-1882). Vie, œuvre, impact
Colloque international

Paris, 14–16 novembre 2013

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Charles Blanc (1813-1882), le Centre allemand d’Histoire de l’art et l’Institut national d’histoire de l’art réunissent des spécialistes internationaux autour de la figure du fondateur de la Gazette des Beaux-Arts. Personnalité riche et engagée, il fut tout à la fois critique et historien de l’art, mais aussi activement impliqué dans les institutions républicaines, occupant à deux reprises le poste de Directeur de l’administration des Beaux-Arts. Les intervenants reviendront au cours du colloque sur ces multiples aspects de la personnalité intellectuelle et publique de Charles Blanc, pour débattre des résultats de son action et de la postérité de ses approches, et pour présenter un état de la recherche actuelle sur cette figure éminente et fondatrice de la discipline.

 charlesblanc

Jeudi 14 novembre 2013

INHA, Salle Vasari

 

18h00 Andreas Beyer (Deutsches Forum für Kunstgeschichte) et

Philippe Sénéchal (Institut national d’histoire de l’art)

Introduction

 

18h15 Pascal Griener (Université de Neuchâtel)

Charles Blanc (1813–1882) dans l’Europe du XIXe siècle

 

 

Vendredi 15 novembre 2013

INHA, Salle Walter Benjamin

 

Section I : Charles Blanc et la théorie

Modération : Markus Rath (Deutsches Forum für Kunstgeschichte)

 

10h00 Estelle Thibault (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville)

 « Une décoration qui se construit. » Charles Blanc et l’architecture

 

10h45 Rémi Labrusse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / HAR)

Rhétorique de l’ordre et symptômes du désordre dans l’œuvre grammaticale de Charles Blanc

 

11h30 Pause

 

12h00 Michael Zimmermann (Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt)

Charles Blanc et les avant-gardes : scénarios de la grammaticalisation des arts

 

Section II : L’homme public

Modération : Philippe Sénéchal (Institut national d’histoire de l’art)

 

14h30 Chantal Georgel (Institut national d’histoire de l’art)

Charles Blanc, Directeur des Beaux-Arts (1848–1850)

 

15h15 Andrea Edel (Referat Kultur der Stadt Kaiserslautern)

Charles Blanc, Directeur des Beaux-Arts de la République Française 1870–1873: projets et visions

 

16h00 Pause

 

16h30 Pierre Vaisse (Professeur honoraire, faculté des Lettres de Genève)

Sur l’interprétation du Musée des copies

 

17h15 Discussion

 

 

Samedi 16 novembre 2013

Centre allemand d’histoire de l’art, Salle Julius Meier-Graefe

 

Section III : L’impact de Charles Blanc

Modération : Damien Bril (Institut national d’histoire de l’art)

 

10h00 Claire Barbillon (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / HAR)

Citation, emprunt, assimilation : le système référentiel de Charles Blanc dans la Grammaire des arts du dessin

 

10h45 Francesca Gallo (La Sapienza – Università di Roma)

La Grammaire des arts du dessin entre France et Italie

 

11h30 Pause

 

12h00 Ingrid R. Vermeulen (Universiteit van Amsterdam)

Popularizing Rembrandt. Charles Blanc and the art of human comedy by new media

(conférence en anglais)

 

12h45 Discussion

 

 

Conception:

Andreas Beyer (DFK), Chantal Georgel (INHA), Philippe Sénéchal (INHA)

 

Coordination:

Damien Bril : damien.bril@inha.fr; +33 (0) 1 47 03 89 62

Markus Rath : mrath@dt-forum.org: +33 (0) 1 42 60 67 26

 

Institut national d’histoire de l’art

2 rue Vivienne

Accès : 6, rue des Petits-Champs

75002 Paris

Tel : +33 (0) 1.47.03.86.04

Ornements et décor, du modèle à l’objet, janvier-avril 2013, INHA, Paris

Le catalogage et la numérisation du fonds de recueils d’ornements de la Bibliothèque de l’INHA collections Jacques Doucet, riche d’environ 650 volumes pour une période allant du xvie siècle au début du xixe siècle, constitue l’axe central du programme Histoire de l’ornement. Dans ce cadre, l’Institut national d’histoire de l’art a choisi de faire porter sa réflexion sur les relations entre les modèles et les objets. De janvier à avril 2013, quatre demi-journées d’études thématiques, organisées en partenariat avec le Centre Chastel, proposeront ainsi des échanges que l’intérêt actuellement suscité par l’ornement et les arts décoratifs rend propice.
Dans une perspective chronologique et  disciplinaire étendue, elles s’attacheront à considérer les modèles d’ornements sur le plan de leur circulation et de leurs usages pratiques ; elles envisageront les recueils en tant qu’objets de collection mais aussi comme sources d’inspiration pour les artistes, les artisans et les industriels. Sans se limiter au domaine des arts décoratifs, l’ornement sera également envisagé ses relations aux autres champs de la création, de l’architecture à la sculpture en passant par la photographie. Enfin, sa propension à stimuler l’imaginaire, tant chez le créateur que chez le spectateur ou l’usager, sera interrogée.

Ornements et décor-programme

Journées d’études organisées par Jérémie Cerman (Université Paris-Sorbonne, Centre Chastel) et Julie Ramos (INHA), avec la collaboration de Dominique Morelon et Lucie Fléjou (Bibliothèque de l’INHA), Michael Decrossas, Elli Doulkaridou et Céline Ventura-Teixeira (INHA).