Archives par mot-clé : réseaux

LANCEMENT DU GROUPE RES-HIST (Réseaux & Histoire),

LANCEMENT DU GROUPE RES-HIST

(Réseaux & Histoire)

 

Le lexique du « réseau » est de plus en plus utilisé dans les recherches historiques, de l’Antiquité au temps présent, de manières très diverses. Cette diversité est une richesse, mais s’accompagne souvent d’une méconnaissance mutuelle et d’une absence de définition rigoureuse des concepts mobilisés. Cela contraste avec la situation dans d’autres disciplines, comme la sociologie, où notions et méthodes — diversement appropriées — sont débattues dans des espaces communs. Et ces derniers sont parfois ouverts à d’autres sciences sociales. Ainsi, lors de l’Ecole thématique du CNRS « Etudier les réseaux sociaux » organisée à Porquerolles les 10-14 septembre 2012, nous avons constaté, indépendamment de la richesse des échanges, la faible présence des historiens parmi les participants, particulièrement sensible parmi les doctorants et les jeunes chercheurs.
Pour favoriser le dialogue entre les historiens travaillant sur les réseaux et promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés à notre discipline, il nous a paru souhaitable de jeter les bases d’un groupe collaboratif ouvert à tout l’éventail des recherches historiques, RES-HIST. Il est destiné autant à faire le point sur les recherches en cours qu’à lancer des opérations scientifiques collectives et transpériodes, tout en assurant aussi des séances de formation aux outils mobilisables pour les analyses de réseaux.
Avec le soutien initial de l’Institut universitaire de France, RES-HIST se propose d’organiser un premier cycle de trois rencontres échelonnées sur deux ans, destinées à l’ensemble de la communauté historienne intéressée. Chacune articulera un atelier thématique avec des conférenciers invités, incités à discuter mutuellement leurs travaux, des formations méthodologiques qui pourront être construites en fonction des besoins qui seront exprimés par les participants, et des présentations des recherches en cours de doctorants et jeunes chercheurs.

La première rencontre RES-HIST, organisée à Nice du 26 au 28 septembre 2013, au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, en partenariat avec l’Institut Universitaire de France et la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est proposera un large panorama à la fois transpériode et thématique des recherches actuelles sur les réseaux et lancera la réflexion sur la structuration de la communauté historienne à entreprendre. Interviendront comme conférenciers invités : Andoni Artola (Université du Pays Basque), Stéphane Frioux (Université de Lyon II), Pierre Gervais (Université de Paris VIII), Elisa Grandi (Université de Paris Diderot), Florent Hautefeuille (Université de Toulouse II), Jérôme Lamy (Université de Toulouse II), Isabelle Rosé (Université de Rennes II), Nicolas Verdier (CNRS, Géographie-cités, Paris).
L’appel à communications pour les doctorants et jeunes chercheurs et l’annonce des ateliers organisés seront envoyés prochainement.

Une deuxième rencontre, organisée à Toulouse dans le cadre du Labex « Structuration des Mondes Sociaux » (SMS) et en appui avec l’UMR FRAMESPA, au printemps 2014, permettra aux historiens français de rencontrer et de dialoguer avec les historiens étrangers travaillant sur les réseaux. La troisième, prévue à Paris fin 2014, avec l’appui du Pôle d’activités interdisciplinaire « Réseaux » en constitution à Sciences Po et le laboratoire SEDET, à l’Université de Paris Diderot, sera centrée sur la problématique du traitement de données à caractère historique par d’autres disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, science politique, etc.).

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France), Michel Bertrand (Université de Toulouse – Institut Universitaire de France), Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris), Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France), Zacarias Moutoukias (Université de Paris Diderot).

Adresse collective de contact : reshist2013@gmail.com

Appel à contribution, Perspective, 2012-2, L’atelier


Perspective, la revue de l’INHA, publication semestrielle de l’Institut national d’histoire de l’art, consacrera en juin 2014 un numéro thématique à l’Atelier. Ce sujet sera abordé de manière diachronique – aussi bien pour l’Antiquité, le Moyen Âge, la période moderne que l’époque contemporaine. Les articles s’efforceront de rendre compte de la notion d’atelier de la manière la plus large et sous les approches les plus variées. Quatre angles principaux peuvent d’ores et déjà être définis :

  • l’atelier dans sa dimension matérielle et technique (chantiers, matières premières, etc.)
  • l’atelier dans sa dimension socio-économique (production, réseaux, échanges, etc.)
  • l’atelier dans sa dimension pédagogique
  • l’atelier comme représentation (visuelle, littéraire, collections, etc.).

 La rédaction attire votre attention sur la spécificité des articles retenus pour Perspective : cette revue consacrée à l’actualité de la recherche en histoire de l’art publie exclusivement des articles de synthèse à vocation historiographique et de bibliographie critique sur des sujets divers, de l’Antiquité au xxie siècle.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre page de présentation (http://www.inha.fr/spip.php?rubrique259) ainsi que les anciens numéros thématiques (monographie, art et pouvoir, etc.).

 

Cet appel concerne spécifiquement deux rubriques : « TRAVAUX » et « ACTUALITE ».

  •  « TRAVAUX » : ces textes présentent un état de la recherche avec une historiographie critique et une bibliographie sélective sur un sujet donné (40 000 signes, espaces comprises ; bibliographie de 15 000 signes, espaces comprises).
  •  « ACTUALITE » : ce type d’article offre un focus sur un point précis (20 000 signes, espaces comprises).

 

Modalités de soumission

Les propositions des chercheurs français ou étrangers pourront être adressées par courriel à la rédaction (revue-perspective@inha.fr) jusqu’au 21 janvier 2013. Rédigées en français ou en anglais, elles devront comprendre un synopsis de 3 000 signes (espaces comprises) accompagné des références bibliographiques essentielles sur le sujet, ainsi qu’un curriculum vitae de l’auteur.

En cas de sélection d’une proposition, le texte définitif devra nous parvenir pour le 1er décembre 2013.

 

Modalités d’évaluation

Chaque proposition sera soumise au comité de rédaction concerné (Antiquité, Moyen-Âge, Moderne, Contemporain). Les contributions seront évaluées selon leur concordance avec la politique éditoriale de la revue et selon leur qualité scientifique et rédactionnelle. L’équilibre du sommaire entre les différentes périodes et les sujets traités seront également pris en compte dans le processus de sélection.

La rédaction tient à préciser que les articles de recherche ne seront pas acceptés ; seuls les articles de synthèse historiographique et de recherche critique seront examinés par les comités de rédaction.

Quanti IHMC

Des informations et pistes pour ceux qui veulent s’essayer aux méthodes quantitatives : une mine d’or.

Site tenu par Claire Lemercier et Claire Zalc.

Quanti IHMC

Les méthodes quantitatives permettent de renouveler bon nombre d’approches, sur toutes les périodes, de l’histoire de l’engagement politique à celle des relations sociales, en passant par celle de la culture. Il serait dommage de s’en priver. Mais comment parvenir à les maîtriser facilement ? Comment prendre connaissance de leurs atouts, mais aussi de leurs limites

Notre guide, produit de plusieurs années d’enseignement, est conçu pour répondre à toutes les questions concrètes rencontrées dans la pratique du travail de recherche. Avec ce « Repères », tous les historiens vont trouver une introduction accessible et efficace aux méthodes quantitatives, jusqu’aux plus novatrices. Pour aider ceux qui voudraient aller plus loin, nous proposons ici une annexe électronique. On y trouve :

  • des liens permettant de consulter en ligne bon nombre des articles cités dans la bibliographie ;
  • l’indication, chapitre par chapitre, de pistes bibliographiques complémentaires, en particulier de manuels plus techniques ou plus approfondis ;
  • des conseils pour le choix des logiciels adaptés et quelques tutoriels sur certaines de leurs fonctions ;
  • des pistes pour trouver des lieux de formation méthodologiques (séminaires, stages…).

 

http://www.quanti.ihmc.ens.fr/