Archives par mot-clé : science

A. Millet, S. Pautet, Sciences et techniques (1500-1789), Neuilly, Atlande, 2016

The history of science and technology has been the subject of a number of general works, especially for the medieval and modern periods. However few of these works offer materials incorporating the new methodological trends developed by historians of science and technology. The original source materials included in this book reveal the inner working of early modern workshops and laboratories and explore contemporary controversies. They also provide materials for the understanding of the socio-cultural frameworks of innovation practices and processes in the early modern period. The new 2017 collection features for the first time contents that span a broad chronological and geographical space, entitled ‘Science, technology, government and corporations, from the fifteenth century to the eighteenth century in England, France, Netherlands / United Provinces and Italian peninsula’. This collection of documents help French historians  to acquire a rich vision of the history of scientific and technical knowledge between the late Middle Ages and the end of the modern period, and explore its interactions with the social, political and cultural sphere.

Table of contents

http://www.atlande.eu/histoire-moderne/435-sciences-et-techniques-1500-1789-documents-9782350304090.html

 

Séminaire, « Esthétique scientifique » (Centre Victor Basch / Université Paris 4), séance d’Estelle Thibault, jeudi 12 décembre, Sorbonne

L’esthétique scientifique 2013-2014

« L’esthétique scientifique » (sous la direction de C. Maigné et J. Colrat) : sous cette désignation qui commence à s’imposer (voir par exemple le colloque Vers la science de l’art : l’esthétique scientifique en France 1857-1937, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein (Paris IV), Carole Maigné (Paris IV) , Arnauld Pierre (Paris IV) et Mildred Galland (CNRS), 2011, Paris), il faut entendre la tentative de constituer le discours sur l’art en science sui generis, l’utilisation des acquis des sciences positives par l’Esthétique et la prise en compte de ces savoirs nouveaux dans l’activité créatrice des artistes eux-mêmes. Les années 1850-1930 seront le cadre privilégié des recherches envisagées, sans être exclusif. Il s’agira surtout de faire émerger et connaître un corpus vaste et polyphonique dont les auteurs (français, allemands, anglais, italiens…) sont oubliés ou méconnus alors qu’ils furent très présents en librairie et dans la vie de revues importantes jusqu’au début du XXe siècle (Revue philosophique de FranceLa Science française…).

Ce travail de découverte se fera essentiellement  dans le cadre d’un séminaire dont chaque séance (environ six par an), prise en charge par un membre du Centre ou par un invité, sera consacrée à une question spécifique liée à la thématique générale  de l’Esthétique scientifique. Ceci implique une approche transdisciplinaire qui ouvre le séminaire, au-delà des philosophes, aux historiens de l’art mais aussi à l’histoire de la science, la psychologie, la physiologie, la zoologie… L’approche pourra être monographique (« Maurice Griveau », « Charles Lévêque », « Vernon Lee », « Mario Pilo », « le groupe de Bloomsbury »…), thématique (« l’esthétique de l’évolutionnisme », « le plaisir esthétique et la psycho-physiologie »,  « la réaction anti-positiviste »…), réflexive (« l’esthétique scientifique peut-elle être normative ? », « quelle science pour l’esthétique scientifique ?»…). Chacune des séances sera conçue comme une étape d’un travail en construction, appelant un approfondissement à l’intérieur même du séminaire, lors de séances ultérieures. Le séminaire voudrait susciter des projets autonomes de recherche chez les étudiants. Une journée d’études annuelle, concernant une région bien définie de l’esthétique scientifique pourrait aussi être envisagée (par exemple : « formalisme et esthétique scientifique »). Là encore, les étudiants seraient impliqués.

Derrière la diversité des études, l’objectif est précis : établir une cartographie de l’Esthétique scientifique qui permette d’en repérer les principaux auteurs, les différentes inflexions, les lignes de démarcation, ainsi que son évolution durant plus de cinquante ans. Même si l’objectif scientifique est bien défini, les domaines de recherche impliqués sont très divers. Il est donc nécessaire de donner une forme sensible à cette identité. C’est pourquoi la perspective d’une anthologie raisonnée de textes sera le guide du travail et sera un contrepoint important à la publication de l’ouvrage Vers la science de l’art à paraitre aux PUPS en 2013. Outre son propre intérêt scientifique, cette anthologie qui impliquera les participants des séminaires permettra de faire travailler des étudiants pour des traductions d’auteurs étrangers, des présentations de livres ou d’auteurs. Cette anthologie qui pourra être faite selon une logique chronologique (sur le modèle de ce que fait pour la critique d’art La Promenade du critique influent) ou thématique (sur le modèle de Art & Theory) ne sera pas seulement une compilation de textes. Elle offrira une présentation aussi riche que possible des auteurs et des thématiques présentés, et constituera donc la somme du travail accompli par tous ceux qui, au sein du Centre Victor Basch, auront pris part aux diverses activités du programme « Esthétique scientifique ».

 

– jeudi 24 octobre 2013, 18h-20h : Conférence du Pr. Fernando Vidal (UAB, Barcelone, Institution catalane d’études et de recherches avancées) : « Les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique »18h-20h, salle E 658, Sorbonne : « Mettre “les neurosciences à l’épreuve de la relation esthétique,” c’est inverser la manière dont les termes sont habituellement posés pour exprimer les rapports entre les neurosciences et les sciences humaines. On imagine que la validité et l’intérêt de celles-ci sont à juger à partir de ce que celles-là disent à propos de leurs questions de recherche. Nous soutiendrons exactement l’inverse. Par ailleurs, prenant au mot la “neuroesthétique” lorsqu’elle dit étudier les processus qu’englobe la notion de “relation esthétique,” nous montrerons qu’elle demeure en deçà de son but – non pas en raison de définitions normatives qu’on lui opposerait (de l’art ou de la beauté par exemple), mais parce qu’elle travaille avec des outils épistémiques et méthodologiques inadaptés à l’objet qu’elle dit vouloir comprendre« .

 
– jeudi 12 décembre 2013, 18h-20h : Conférence d’Estelle Thibault (Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS/ UMR AUSSER 3329) : « Jules Bourgoin, de la Théorie de l’ornement à la Graphique : Quelle science esthétique pour les métiers d’art ? »,  18h-20h, salle E 658, Sorbonne :
« Les publications de l’architecte et dessinateur Jules Bourgoin (1838-1908) témoignent d’un engagement à long terme pour la fondation d’une discipline spécifique, capable d’encadrer tant l’analyse que la production des œuvres ornementales. Cette tentative obstinée et inquiète, par laquelle il espère sortir les industries d’art de la double domination des beaux-arts et de la science des ingénieurs, passe par la déconstruction critique des doctrines esthétiques contemporaines et cherche ses modèles dans l’épistémologie exigeante du philosophe Antoine Augustin Cournot et dans un riche imaginaire scientifique. De la Théorie de l’ornement (1873) à la Graphique (1905), il élabore un ambitieux programme d’analyse formelle, bientôt envisagé comme le socle d’une nouvelle pédagogie pour stimuler l’invention dans les métiers d’art ». 
 
– jeudi 30 janvier 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 6 mars 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 10 avril 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
 
– jeudi 22 mai 2014, 17h30-20h : programme en cours d’élaboration
Pour plus d’informations ==== https://sites.google.com/site/centrevictorbasch/activites-2013-2014/seminaires/l-esthetique-scientifique-2
 

Quadernes d’història de l’enginyeria, numéro thématique, les expositions universelles

Sumari
Editorial: Internacionalització de la Història de la Tècnica, reptes actuals
Introduction Cardoso de Matos, Ana; Demeulenaere-Douyère, Christiane; Souto, Maria Helena
Greece at the Paris Universal Exhibition in 1878 Chatzis, Konstantinos; Mavrogonatou, Georgia
The Science of Architecture. Representations of Portuguese national architecture in the 19th century World Exhibitions: archetypes, models and images Rodrigues, Paulo Simões
Inventing a Modern Paris. The Dynamic Relationship between Expositions, Urban Development and Museums Levin, Miriam R.
The 19th century World Exhibitions and their photographic memories. Between historicism, exoticism and innovation in architecture Souto, Maria Helena; Cardoso de Matos, Ana
World Exhibitions: a Gateway to non-European Cultures? Demeulenaere-Douyère, Christiane
Italian workers and the Universal Exhibitions of the 19th century. Imaginaries and representations of technology and science Pellegrino, Anna
Portugal and the 1876 South Kensington Instrument Exhibition Bonifácio, Vitor; Malaquias, Isabel
The Thousand and One Nights of Paris: an Indian traveller at the 1867 Universal Exhibition Vicente, Filipa Lowndes
El Puerto Comercial de Arroyo Pareja. Un emprendimiento francés en la Argentina de comienzos del siglo XX Chalier, Gustavo
Early Japanese Leyden Jars and Air Pumps Južnič, Stanislav
La primera Dirección General de Montes (1833-1842) García Pereda, Ignacio; González Doncel, Inés; Gil Sánchez, Luis
The Phonograph in Barcelona (1877-1880): Technology and Ideological Controversies Vall, Xavier
Una inversión, estudiar en el extranjero: Ingenieros españoles del siglo XIX Zabala Uriarte, Aingeru
ICOHTEC 2012 Roca Rosell, Antoni Maria Claret
Juegos de identidad profesional: los ingenieros Martykánová, Darina
La Meteorologia: entre la ciència, la tècnica i la societat Batlló, Josep
English abstracts
Autors
Normes per als autors / Notes for authors 

 

 

 

En ligne ici ===http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864