Esthétique de la technique, Revue de synthèse, Tome 133 – 6e série – Numéro 4, 2012

La technique est-elle forcément laide ? La beauté est-elle nécessairement inutile ? Ces questions courraient depuis l’Antiquité. Les modernes paraissent les avoir tranchées en dissociant esthétique et technique. Pourtant la richesse sémantique du terme “art(s)” à l’Âge classique éveille la curiosité. Et les préhistoriens y sont revenus par des voies nouvelles. Parallèlement, il est aujourd’hui question de techno-esthétique.

Trois domaines se sont considérablement renouvelés au cours des dernières années : l’étude des outils préhistoriques, celle de leurs usages et de leurs fonctions ; les travaux d’histoire culturelle et sociale des techniques ; les réflexions sur l’esthétique du monde contemporain. Il est temps de croiser les trois approches en en donnant des éléments de bilan et en faisant dialoguer les spécialistes. Le numéro intéressera tout ceux qui voudront faire le point sur ces renouvellements et qui s’interrogent sur les critères du beau dans un monde traversé de technologie où l’on parle tant de culture “high-tech”, de “design” et de “techno”.

Sommaire

  • Esthétique de la technique
  • Motifs utilitaires et autonomie artistique. La forme architecturale et ses fonctions
  • “Techno-esthétique” de l’économie smithienne
  • Valeur et fonctionnalité des objets dans l’Angleterre des Lumières
  • L’invention du spectateur au XVIIIe siècle. L’art est usage
  • Entrer dans l’époque techno-esthétique
  • Une esthétique des objets ordinaires
  • Des techniques au design
  • Une réévaluation de la métaphore théâtrale chez Goffman
  • Comptes rendus

  • Nombre de pages : 154 pages
  • Date de parution : 10/01/2013

C’est ici ==== http://www.revue-de-synthese.eu/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.