Christian Martin, Signifiances de l’art. Définir l’artistique ?, Montréal, Editions Liber, 2012, 190 p

 

Parce qu’il ne cesse de dépasser les limites dans lesquelles chaque génération a voulu l’enfermer, l’art est désormais perçu comme un moribond historique dont la nature se serait évaporée, ou comme errant dans une espèce de no man’s land indéfinissable tant il serait malléable, protéiforme et, de ce fait, insaisissable. Il se dit de lui qu’il n’est plus que sa définition tautologique, qu’il a pour destin de se dissoudre dans la spéculation philosophique, qu’il est ce que l’on veut qu’il soit, qu’il peut donc être tout, c’est-à-dire n’importe quoi et que conséquemment il n’est pas loin du rien, donc de sa propre mort. Pourtant, la création artistique contemporaine, sous toutes ses formes, indépendamment des crises sporadiques de ses marchés, semble se porter à merveille. Aucun signe d’épuisement ni avis de décès. Si les définitions classiques et modernes de l’art jusque-là usitées se révèlent si impuissantes à le cerner, n’y a-t-il pas quelque intérêt à voir ce qu’il n’est pas, ou bien ce qu’il n’est plus, afin d’arriver à mieux voir ce que, toujours, il est? Il ne s’agit pas pour autant de se mettre, à nouveaux frais, à la recherche d’une improbable essence de l’art dans un introuvable objet de nature artistique. Il faut renoncer à définir la nature de l’objet d’art qui, bien que définissable en tant qu’appartenant à une classe ou à une caste, reste impossible à définir en tant qu’objet spécifié, séparé ontologiquement des autres par essence et nécessité. Ce n’est pas sa nature d’objet spécifique qui est appréhendable, mais bien la nature de son fonctionnement dans un certain système qui peut l’accepter ou le refouler de manière très mobile et très ouverte. C’est à dégager la nature de ce fonctionnement artistique que voudrait contribuer cet ouvrage.

Compte rendu de Pauline Adenot, ici : http://lectures.revues.org/8014

 

 

 

Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers

Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2011, 456 p

Le rejet du travail scolaire par les « gars » et le sentiment qu’ils « en savent plus » trouvent un écho dans le sentiment très répandu dans la classe ouvrière que la pratique vaut mieux que la théorie : « Un brin de zèle vaut une bibliothèque de diplômes », annonce un grand placard placé dans l’atelier. L’aptitude pratique vient toujours en premier et a statut de condition préalable à toute autre forme de savoir. Alors que la culture petite-bourgeoise considère les diplômes comme un moyen de moduler vers le haut la gamme des choix offerts à un individu, du point de vue de la classe ouvrière, si le savoir ne se justifie pas, il faut le rejeter.

Au travers d’une enquête (classique de la sociologie du monde ouvrier) menée dans un collège anglais fréquenté essentiellement par des enfants d’ouvriers, le sociologue Paul Willis analyse comment ils en viennent à accepter, après leurs parents, des positions relativement dominées dans le monde du travail. De l’école à l’usine, ce livre rend compte de la façon dont, en désorganisant l’encadrement scolaire, en s’opposant aux « fayots », ils privilégient la sortie du système scolaire, confirmant le fait que l’école ne leur promet aucun avenir professionnel en dehors du travail manuel.

Compte rendu de Ludivine Balland sur lectures.revues.org

http://lectures.revues.org/6699

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search